04/02/2014

Cancer du sein : à qui profiterait la fin des programmes de dépistage ?

Alors que le cancer du sein est le 2e type de cancer le plus répandu et que la Suisse est particulièrement touchée par cette maladie, voilà que le Swiss Medical Board met en doute le bienfondé des programmes de dépistage existant dans plusieurs cantons notamment romands. Et cela sans se baser sur de nouvelles études: il s'agit d'une prise de position qui prétend lancer le débat.

Les représentants de cette institution  qui ne sont pas des spécialistes de santé publique entendent décourager de nouveaux cantons d'introduire des programmes de dépistage systématiques et limiter dans le temps ceux qui ont cours actuellement.

Si ces programmes étaient abandonnés, le dépistage ne serait plus remboursé par l'assurance de base et   les femmes de condition modeste risqueraient d'y renoncer. De plus, les dépistages individuels ne font pas l'objet du même contrôle de qualité. Au moment où certains veulent privatiser le recours à l'interruption de grossesse, une attaque contre un programme de prévention qui a fait ses preuves est  particulièrement mal venue tant du point de vue éthique que social.

A l'heure où l'on recherche toute économie possible, on peut  se demander à qui profiterait la fin de ces programmes de dépistage...Heureusement, des voix, parmi lesquelles on trouve la directrice du registre des tumeurs genevois et des conseillers d'Etat, se sont déjà élevées contre cette prise de position néfaste à la santé des femmes.

Affaire à suivre de très près !

 

06:27 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |