06/06/2018

Loi sur les jeux d'argent : quand les opposants utilisent la prévention comme alibi !

Parmi les opposants à la loi sur les jeux d'argent, on trouve des jeunes de presque tous les partis qui s'insurgent contre le manque de prévention et la prétendue censure d'internet au nom d'une liberté qui voudrait que la toile soit totalement dérégulée. Rappelons que dans la loi, il est question de bloquer l'accès aux jeux en ligne qui ne sont pas liés à un casino basé en Suisse.

Tout d'abord, s'agissant de la prévention, je peux souscrire aux arguments de certains opposants qui déplorent que le parlement ait refusé une commission d'experts indépendants qui aurait suivi l'évolution des jeux notamment en ligne ou sur le manque de financement additionnel pour les mesures de prévention à destination des cantons, amendements que j'ai moi-même défendus en commission et en plénum. Je relève cependant que personne parmi les opposants actuels à la loi ne s'est mobilisé auprès des parlementaires des partis bourgeois pour leur faire entendre raison. Il est un peu facile maintenant de prendre la prévention comme alibi pour un référendum qui aura comme résultat, si la loi était refusée, de non seulement priver la Suisse de moyens substantiels pour l'utilité publique mais aussi d'affaiblir encore la prévention en faveur des joueur-euse-s excessif-ve-s car il n'y aura aucune mesure sociale prise par les opérateurs étrangers.

Enfin, il serait bon que les promoteurs du référendum se rendent compte de la contradiction qu'il y a d'une part à recevoir un financement des opérateurs étrangers et d'autre part à promouvoir la liberté économique et sur le net. Ce d'autant que les généreux donateurs sont basés dans des paradis fiscaux où il y a de forts risques de blanchiment d'argent. Or, il faut rappeler que le but de la loi contestée est aussi de lutter contre la fraude fiscale et le blanchiment d'argent. Y aurait-il une liberté à géométrie variable ? 

Une fois la loi acceptée, il sera nécessaire de faire un suivi des mesures prévues dans le domaine de la prévention notamment.

Mais pour l'heure, il faut accepter cette loi qui représente un bon compromis.

 

22:29 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |